Blog

Women in Transit: Chantale Dugas

With its dedication to equality in the transit industry, CUTA created the 'Spotlight on Women in Transit' series to bring forward the experiences of diverse female leaders and inspire a new generation of transit professionals to include many more female voices. 

The 'Spotlight on Women in Transit' series has also featured a video interview with Mary Proc, Vice President of Customer Service at Metrolinx, and accompanying article in CUTA's Summer edition of Urban Mobility Forum Magazine, as well as a written interview with the TTC's Marika Fraser, and a Skype interview with the City of Whitehorse's Cheri Malot.

Spotlight on Women in Transit:

Interview with Chantale Dugas, 
Director of Public Affairs,
Réseau de transport de la capitale (RTC)

 

 

Translated Transcript (English):

  1. How did you enter into the transit industry?

I applied to a position at the Réseau de transport de la Capitale (RTC) that was related to customer protection. It was a bit like being the ombudsperson of the RTC. When I was hired, I was asked to evaluate the position which had existed for several years as the need for it was being re-evaluated. Two years later, the position was terminated, and I began to climb the ladder within the organization.

  1. What do you like most about your job?

I am currently working in public affairs, and this is my fourth position at the RTC in six years. I have held various roles in the organization, allowing me to build trust with my supervisors. The positions they have given me enabled me to progress and move around the different branches, and learn the different aspects of the transit industry as a result. I worked on mandates with service planning and worked very closely with the RTC governance as well with the board of directors. I also involved in the driver training projects. 

  1. What challenges do you think women face in their professional careers in the industry?

I have been at RTC for six years and it is true that the sector is male dominated. However, there has been a great deal of change. My colleagues who have been here for a very long time tell me that it has changed a lot in the last few years. More women sit on the board of directors within transportation companies, and more women sit on executive committees. Though there are women in leadership roles, there is always still room for improvement, of course with more women taking on positions as managers and sitting on executive committees and boards.

  1. What strategies can help women take on leadership roles in their organizations?

I believe that building relationships with as many people as possible will allow women to move forward in transportation companies. Women need to build up their credibility and not be afraid to get involved and make their skills known to others. I believe that this is a strategy that can advance the acceptance of women within the transit industry. It's important to trust oneself and recognize one’s skills.      

  1. What do you think is the biggest obstacle for women seeking leadership roles?

I think it is the same obstacle that wom will face in any industry. We are often busy with family and home -related responsibilities, including children. Making the right choice is not always easy or straightforward. A mother may feel guilty about leaving her children at home or leaving her spouse with the children. It may feel like an obstacle, and I think that is normal and natural, which is why it is important to be organized when you’re a mother, amongst other things, and build a support system. Find the help you need from a spouse who allows you to have free time so you too can accomplish your professional life goals.

  1. What was your first CUTA conference as a speaker and why did you choose to attend?

In fact, I spoke twice at CUTA conferences in the past. Once at the Calgary 2014 conference, if I am not mistaken. I presented on RTC's "real-time nomads" project, which heavily involved customer information technology. I decided to do the talk in English, which was a big challenge for me because I am not familiar with the English terminology in the technology sector. The bar was set quite high, but I was still happy and proud to have risen to the challenge, allowing me to get to know many people from CUTA as well. It was one of the first conferences where I was a speaker, and last year at the UITP conference in Montreal where CUTA was a partner, I hosted the Awards Ceremony in French alongside my Ontario colleague, who took on the English segments. I really enjoyed the experience. It was a networking event that allowed me to become better known on a national level.

  1. Do you think that having more female speakers can influence gender diversity in the transit industry?

Of course, it is always good to lead by example. The more women there are at the forefront of these conferences, the more it demonstrates that the industry is welcoming to women, giving them the credibility they deserve. So, I think it's really important to have more and more women who can present on projects. At the same time, I think this also encourages men to become more use to having women professionals in the industry.  

  1. How do you balance your personal and professional life?

Actually, I am lucky that both of my children are young adults, which makes things easier. But, of course, as I mentioned earlier, when children are young it is important to be well surrounded by friends and family who can support you by occasionally taking care of your children or by helping with other housekeeping tasks. Of course, there are times when you work longer than a standard 35-40-hour week. Therefore, you have to be well organized. I think that is key.

  1. People say, “Women have to work twice as hard to get the same recognition.” Does this match your career path?

As a mother, of course, a woman will have to put much more energy into her career than a men will into his. Of course, I think building credibility as a woman in an area where men are the dominant sex takes patience and perseverance. Indeed, a woman must put more energy than a man when working in a male-dominated industry.

  1. Have you ever experienced sexual discrimination throughout your career? If so, how did you handle the situation?

I have not personally experienced any sexual discrimination in my career. Nonetheless, sometimes a man's attitude towards a female colleague may be doubtful, but I think that humour can help attenuate any tension. I think you have to have confidence in yourself as a woman. Don’t take things people say personally. You have to try to depersonalize situations and inject humour into them. That way, you can get your message across. This method will make the person making those remarks aware that they are neither appropriate nor conducive to a working environment. What I mean is that there is surely a positive way to address these issues. Of course, you have to be confident and speak up, that is what’s most important. As for sexual discrimination per se, I have never experienced any myself, but would often make jokes to mitigate situations where a colleague might have made an inappropriate remark.

  1. What advice can you give to women working in the transit industry who want to hold leadership positions?

I think you have to come in well-equipped. You have to trust yourself and not be afraid. Just go for it. Don't be afraid to deal with challenges even if they seem daunting. I believe it’s about perseverance. Yes, women are different from men in how they do things and in how they think, but also their cooperation can be a real strength. I think that for both men and women, the successes of business management can become much more interesting when working together.

Transcript (French):

  1. Comment êtes-vous arrivée dans l’industrie du transport collectif ?

En fait, j'ai appliqué sur un poste qui était ouvert au Réseau de transport de la Capitale (RTC), c'était un poste qui se nommait protectrice de la clientèle. C'était un peu l'ombudsman du RTC et quand on m’a embauché, on m’a demandé également d'évaluer le poste qui existait depuis une douzaine d'années et on remettait le poste en question. Alors, je suis rentrée par ce poste et effectivement deux ans plus tard on fermait ce poste là et j'ai, par la suite, évolué dans l'organisation.

  1. Qu’aimez-vous le plus dans votre travail ?

Présentement je suis aux affaires publiques et j'en suis à mon quatrième poste en six ans. J'ai occupé différents postes dans l'organisation parce que l'organisation me fait confiance et m'a donné des postes pour cheminer, me promener dans les différentes directions ce qui fait que je rencontre tous les domaines du transport collectif. J'ai eu à travailler sur des mandats avec la planification des services. J'ai eu à travailler tout près de la gouvernance du RTC également avec le conseil d'administration. J'ai eu à travailler également des dossiers avec la formation chauffeur. Alors je me suis impliquée dans différents dossiers et c’est ce que j'aime! C'est qu’on m’amène à travailler avec toutes les sphères de direction de l'organisation.

  1. Selon vous, quels sont les défis auxquels les femmes sont confrontées dans leurs carrières professionnelles dans l’industrie ?

Alors en fait, moi ça fait six ans que je suis au RTC et ce que je constate c’est que, bon, c'est un domaine d’hommes effectivement. Par contre, il y a eu beaucoup d'évolution. Mes collègues qui sont ici depuis très longtemps me disent que ça a évolué beaucoup. Il y a plus de femmes dans les conseils d'administration des sociétés de transport et il y a plus de femmes dans les comités de direction. Mais il y a quand même des femmes qui siègent mais il pourrait y avoir encore de l'amélioration. C’est à dire qu’il y a encore la place pour qu’il y ait encore plus de femmes dans les comités de direction, dans les postes de gestionnaire et dans les conseils d'administration.

  1. Quelles sont les stratégies qui peuvent aider les femmes à assumer des rôles de direction au sein de leurs organisations ?

Je crois que tisser des liens avec le plus de gens possible dans les équipes de travail va permettre aux femmes d'avancer dans les sociétés de transport. Bâtir sa crédibilité, ne pas avoir peur de s'impliquer dans l'organisation, de se faire connaître, de faire connaître ses compétences. Je pense que c'est une stratégie qui peut faire avancer l'acceptation de la femme dans l'industrie du transport. Donc c'est de se faire confiance puis reconnaître ses compétences, puis ne pas avoir peur de s’impliquer dans les projets de l'organisation.           

  1. Selon vous, quel est le principal frein pour les femmes désirant occuper un poste de direction ?

Je pense que c'est le frein dans toutes les industries, la femme est occupée souvent aussi avec la maison, l'organisation familiale, les enfants. Alors ça demeure un frein important chez la femme. Ce n’est pas toujours évident de faire des choix. On a l'impression d'avoir le sentiment de culpabilité de laisser les enfants à la maison et de laisser le conjoint avec les enfants. Alors ça demeure un frein, puis je pense que c'est normal et naturel d'où l'importance de bien s’organiser quand on est une maman entre-autre, d'avoir un réseau pour se supporter, avoir l’aide nécessaire d’un conjoint qui te permet de te libérer pour pouvoir accomplir ta vie professionnelle également.

  1. Quel a été votre premier congrès de l’ACTU à titre de conférencière, et pourquoi avez-vous choisi d’y assister ?

En fait j'ai été conférencière à deux moments à l’ACTU à Calgary en 2014, si je ne me trompe pas. J'ai donné une conférence pour parler du projet du RTC « nomades temps réel » qui est un projet qui implique beaucoup les technologies d'information clientèle, et j'avais décidé de le faire en anglais. C'était un gros défi pour moi parce que le domaine des technologies, je ne suis pas familière avec les termes en anglais. Alors la marche était quand même assez haute, mais j'étais quand même contente et fière d'avoir relevé le défi et ça m'a permis de connaître beaucoup de gens auprès de l’ACTU également. C'était un des premiers congrès où j'étais conférencière, et l'an dernier lors du congrès de l'ACTU de l’UITP à Montréal, j'étais maître de cérémonie avec un collègue de l'Ontario qui lui, faisait la partie anglophone et moi la partie francophone, et ça très bien été également au niveau du rôle de maître de cérémonie. J'ai beaucoup aimé l'expérience et encore là c’est une activité de réseautage qui m'a permis de me faire connaître également sur le plan national.

  1. Croyez-vous qu’un nombre accru de femmes conférencières peut influencer la diversité des sexes dans l’industrie du transport collectif ?

Bien évidemment, c'est toujours de prêcher par l'exemple alors plus il y a de femmes qui sont mis au-devant de la scène dans ces colloques, plus ça démontre que l'industrie est accueillante envers la femme et qu’on lui accorde la crédibilité qu'il faut pour justement partager les projets des sociétés de transport ou de l'industrie en général. Donc je pense que c'est important effectivement d'avoir de plus en plus de femmes qui puissent présenter des projets. En même temps, je pense que ça amène les hommes également a accepté qu’il y a des professionnelles femmes dans leur industrie.

 

  1. Comment conciliez-vous votre vie personnelle et votre vie professionnelle ?

En fait, j'ai la chance d'avoir des jeunes adultes donc mes enfants sont rendus plus grands et c'est plus facile. Mais évidemment comme je le mentionnais un peu plus tôt quand les enfants sont jeunes c'est important d'être bien entouré, d'avoir des amis et de la famille qui peuvent supporter au niveau de garder occasionnellement, de donner un coup de main avec les tâches à la maison parce que bien évidemment il y des fois que les semaines sont plus longues que des semaines de 35-40 heures semaine. Alors il faut être bien organisé. Je pense c’est la clé.

  1. Les gens disent que « les femmes doivent travailler deux fois plus pour obtenir la même reconnaissance ». Est-ce que cela correspond à votre cheminement de carrière ?

En fait, à cause du rôle d'être mère, évidemment, la femme va mettre beaucoup plus d'énergie dans sa carrière que l’homme va en mettre pour une carrière équitable, pour une carrière qui est la même finalement. Évidemment, je pense que bâtir sa crédibilité dans un domaine où l'homme est omniprésent, ça prend plus de temps, ça prend de la patience et ça prend de la persévérance. Je pense que oui, effectivement, la femme doit y mettre un peu plus d'énergie que l'homme quand on est dans une industrie où l’homme est omniprésent.

  1. Avez-vous déjà été victime de discrimination sexuelle tout au long de votre carrière ? Dans l’affirmative, comment avez-vous géré la situation ?

Je n’ai pas vraiment vécu de discrimination sexuelle durant ma carrière. Par contre, l'attitude des hommes par rapport aux femmes peut-être parfois douteuse, mais je pense qu'avec l'humour on réussit à alléger. Je pense qu'il faut avoir confiance en soi. Il ne faut pas prendre toute personnelle. Il faut essayer de dépersonnaliser les situations, et il faut y mettre de l'humour. Alors quand on met de l'humour, on est capable de faire passer les messages. Je pense que ça se dit à des collègues que les propos tenus ne sont pas adéquats, ne sont pas propices au milieu dans lequel on travaille. Il y a une façon de le dire, puis je pense que ça se dit. Bien entendu, il faut avoir confiance et le dire, c’est ce qui est important. Mais je n’ai jamais vécu de discrimination, j'ai souvent fait des blagues pour justement alléger les situations qui pouvaient être douteuses ou interprétées dans ce sens.

  1. Quels conseils pouvez-vous donner aux femmes travaillant dans l’industrie du transport collectif qui veulent occuper des postes de direction ?

Je pense qu'il faut être bien outillé. C'est à dire qu'il faut se faire confiance, il ne faut pas avoir peur justement. Il faut foncer, il faut relever les défis même quand des fois on trouve que ça peut être difficile. Je pense que c’est de continuer et de persévérer et d’y croire que, oui la femme est différente de l’homme dans ses façons de faire et dans ses façons de penser mais je pense que l'union fait la force et il faut voir qu’autant du côté de l’homme que de la femme, qu’ensemble les succès de gestion dans les entreprises peuvent être beaucoup plus intéressants à travailler ensemble.     

Add new comment