Blogue

Sécurité et sûreté à bord des transports en commun

La sécurité des usagers, des conducteurs et du public en général est une priorité de tous réseaux de transport en commun. Au cours des années et à mesure des progrès de la technologie, les mesures de sûreté ont évolué et se sont adaptées à des types nouveaux et différents d’incidents potentiels de manière à fournir une approche proactive, préventive et viable en matière de sécurité publique.

En mai dernier, l’Association canadienne des chefs de police et le Service de police des transports en commun du Grand Vancouver ont été les hôtes à Vancouver (C.-B.) de la conférence Transport en commun urbain - Conférence sur les services policiers et la sécurité, intitulée « La police dans les villes en mouvement ». Pendant la conférence, les services de police, les services de renseignement et les réseaux de transport en commun d’Amérique du Nord et du Royaume-Uni se sont réunis pour partager leurs connaissances sur les enjeux de sécurité et de sûreté actuels, et promouvoir les pratiques exemplaires, la recherche et l’innovation. La conférence a attiré des personnalités marquantes du monde des services de police et des commissions de transport. Les conférenciers ont inclus le chef du Service de police des transports en commun du Grand Vancouver, Doug LePard, O.O.M., M.A., le président de l’Association canadienne des chefs de police (ACCP), Mario Harel, le chef de la British Transport Police (BTP) Paul Crowther O.B.E., le directeur du Bureau des transports en commun de la police de New York, Joe Fox, le directeur de la Sécurité et de la Sûreté de Metrolinx, Bill Grodzinski; et le spécialiste en sécurité et renseignement Ron Perkio.

Photo by AndroidUK

La nécessité de partenariats et de relations entre les réseaux de transport, la police locale et les services de renseignement nationaux en vue d’un meilleur partage de l’information, et d’un soutien cohésif et complémentaire a été l’un des nombreux sujets discutés. Par exemple, le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS) est maintenant en mesure de réduire les niveaux de menace en suscitant l’intervention des forces de police locales ou de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) au lieu de simplement jouer un rôle consultatif. De la même manière, le Service de police de la Ville de New York (NYPD) et la Metropolitan Transportation Authority Police (MTA) collaborent à la gestion des incidents. Ensemble, ils ont mis en œuvre des procédures de vérification des sacs à dos aux stations de transport en commun et mis sur pied des unités canines dans le cadre de leurs activités. Le NYPD utilise également Twitter pour fournir des mises à jour en temps réel aux citoyens sur les dernières nouvelles et la couverture des événements. Différents organismes ont parlé de leurs mécanismes pour briser et prévenir les menaces potentielles, y compris les menaces terroristes. De manière générale, les usagers et les conducteurs de transport en communif sont fortement encouragés à appliquer la consigne « voir quelque chose, dire quelque chose », par mesure de précaution.

 

En ce qui a trait à la collaboration entre différents services et organisations, la vitesse d’une interaction devient un facteur décisif dans la réussite d’une opération.

Les avancées technologiques ont été essentielles à l’amélioration de la vitesse des interactions entre les organisations, en matière de collaboration dans le cadre d’un incident. L’introduction du nuage a permis des communications et un accès à l’information instantanés entre différentes parties, éliminant ainsi le gros obstacle des clés USB, des DVD, des télécopieurs, et du transport de matériel et de fichiers.

Les réseaux de transport ont mis en place de nombreux protocoles de sûreté pour protéger les passagers et le personnel des menaces à la sécurité, y compris la violence contre les chauffeurs d’autobus. L’installation de caméras vidéo à bord des autobus s’est révélée être une des mesures de sécurité les plus efficaces

Selon le directeur des opérations chez Coast Mountain Bus Company, Don Rice, la mise en place de caméras vidéo à bord des véhicules a contribué de façon importante à faire diminuer le nombre d’actes criminels et à mener les enquêtes sur les cas d’infraction.

Et si les outils d’enregistrement vidéo n’ont pas encore de capacités d’auto-examen du contenu, des techniques d’intelligence artificielle sont en cours d’élaboration pour permettre l’analyse et la transcription des séquences filmées. La création d’une centrale d’analyse CCTV a été vue comme un outil précieux.

Les protocoles de sécurité jouent également un rôle dans la prévention des suicides, en particulier autour des voies ferrées. En 2014, un organisme de charité du R.-U. appelé Samaritans a joint ses efforts à ceux de la British Transport Police et de la société Network Rail dans le but de lancer un programme de prévention du suicide visant à réduire les suicides dans les chemins de fer. Le programme de prévention vise notamment à déstigmatiser les questions de santé mentale, à encourager les personnes à risque à chercher de l’aide, à obliger les employés du secteur de la santé à suivre une formation sur le suicide et à organiser des tournées des écoles du R.-U. dans un but de sensibilisation et de promotion de la santé mentale. Un rapport privé de l’Université du Middlesex souligne que la police doit également être formée à la gestion des passagers suicidaires puisque de nombreux réseaux de transport n’ont pas d’agents de police ou de corps de police parallèle et doivent donc compter sur l’aide d’autres instances. La mise en œuvre de programmes de santé mentale à l’intention du personnel des réseaux de transport qui peuvent être témoins de suicides à bord de leurs trains et développer un trouble de stress post-traumatique est également importante. Certains réseaux de transport ont mis en œuvre des programmes pour aider à soutenir leur personnel après ces incidents.

La TTC s’est vue attribuer un prix Sûreté et Sécurité dans le cadre de l’attribution des Prix de leadership 2017 de l’ACTU pour son programme de soutien par les pairs, qui a aidé à forger des liens entre les employés de la TTC affectés par ces événements, et a mené à une diminution de 44 pour 100 du nombre de jours de travail perdus en raison d’un traumatisme. ​

Le Canadien National, le Canadien Pacifique et Metrolinx ont proposé une approche nationale holistique, en matière de prévention des suicides, combinant un financement pour la création d’une ligne de prévention du suicide, une formation interpersonnelle pour le personnel et un traitement du TSPT pour les employés affectés par les incidents de suicide.

La sécurité et la sûreté à bord des transports en commun ne consistent pas seulement à réagir aux situations menaçantes, mais également à être proactifs en stoppant les accidents avant qu’ils se produisent et en évitant que les menaces se matérialisent. Ceci inclut la réduction des taux de suicide à zéro et la mise en place de barrières sur les quais des métros et/ou de scanneurs aux entrées des métros pour prévenir et empêcher l’entrée d’articles dangereux ou d’armes.

 

Il est également important de s’assurer que les stations de métro souterraines permettent la réception des signaux de téléphonie cellulaire, les connexions Internet ou même possèdent des postes de charge afin que les passagers ne soient pas isolés. La TTC travaille actuellement à l’installation de son réseau TCONNECT Wi-Fi à la grandeur du métro, qui offrira également un accès à un certain nombre de fournisseurs de réseaux cellulaires. Dans le même ordre d’idées, la Société de transport de Montréal travaille à déployer une couverture mobile de pointe à la grandeur du réseau dans tous ses tunnels, ses voitures de métro et ses stations. Le travail se fera sur une période de sept ans grâce à un investissement conjoint de 50 millions de dollars de Bell, Rogers, TELUS et Vidéotron.

En ce qui a trait à la sécurité des conducteurs, l’ACTU joue un rôle actif par l’entremise de son réputé Programme Ambassadeur, collaborant avec les réseaux de transport à former le personnel à éviter, reconnaître et désamorcer les conflits potentiels. Certaines des mesures notables que les réseaux de transport au Canada ont commencé à mettre en œuvre sont détaillées dans notre blogue, « La sécurité de nos conducteurs ».

Fournir un navettage sûr à des millions de passagers partout au pays exige beaucoup d’efforts, de collaboration et de ressources. Avec l’aide d’une multitude de services de renseignement partout en Amérique du Nord, des forces de police locales, et des secteurs public et privé, le transport en commun procure aujourd’hui un environnement de plus en plus sûr. Les progrès technologiques ont permis des communications faciles entre les organismes de coordination dans le but de garder les navetteurs en sécurité. Les réseaux de transport travaillent infatigablement à faire progresser les protocoles de sécurité et les passagers continuent à jouer un rôle important aussi …si vous voyez quelque chose, dites quelque chose.

Ajouter un commentaire