Blogue

Transport collectif et santé mentale :  Un signe de changement

Mary Proc, Metrolinx

En septembre 2016, un employé de GO Transit a présenté ce rapport :

« Pendant l’heure de pointe du matin, sur la plateforme de King City, j’ai remarqué un homme d’âge moyen qui marchait à pas mesurés sur la plateforme, semblant incertain de ce qui l’entourait.  Quand je l'ai approché pour lui demander si je pouvais l'aider, il m'a dit qu'il se demandait s’il allait se suicider et ne savait pas s'il devait mettre fin à sa vie en avalant des pilules ou en se faisant frapper par un train. J’ai réussi à convaincre l’homme de quitter la plate-forme et de se diriger vers le bâtiment de la station, où l'agent de gare de GO et moi-même avons pu lui donner de l'eau et appeler l’équipe de sécurité qui, à son tour, a avisé la police régionale de York.  En moins d’une heure, la police est arrivée et l’homme a été mis sous la garde des agents, en prévision d’un traitement à l'hôpital local. »

Cet incident a connu un dénouement heureux, mais ce n’est pas le cas pour beaucoup d’incidents.

En six ans, on a recensé 67 décès causés par des trains de GO, dont 24 % sont considérés comme des accidents provoqués par la personne décédée. Toutefois, 76 % de ces décès sont considérés comme des suicides.

Les employés de GO Transit se sont engagés à être des « gardiens des trajets » et à réduire le nombre de ces accidents le plus possible, en raison de leur lourdes conséquences sur la famille des victimes, nos employés et nos clients. Même si l’impact personnel et sociétal des suicides et les facteurs qui contribuent à leur survenue sont toujours très présents à l’esprit, GO est également conscient de la grande incidence des suicides sur les opérations ferroviaires, qui retardent parfois le service pendant une période pouvant atteindre trois heures.  Lorsqu’on considère que chaque train exploité à l’heure de pointe transporte environ 2 000 passagers et que près de 50 % des décès surviennent durant l'heure de pointe, l'effet sur le service de train est considérable

Outre les conséquences tragiques pour les familles et les collectivités, l'effet sur les équipages de trains et les agents de sécurité du transport en commun qui assistent à la scène est également considérable   Afin d'offrir un meilleur soutien à ces membres du personnel, GO collabore avec le bureau du coroner pour mettre en place des mesures de soutien plus adaptées sur les lieux de ces incidents.   De plus, depuis 2013, on effectue un compte rendu obligatoire avec un conseiller d’aide aux employés de Metrolinx après chaque incident.   Enfin, GO a étroitement collaboré avec le Réseau canadien du savoir policier pour offrir de la formation de sensibilisation au suicide, soit un cours de quatre heures qui aide les agents à identifier les personnes vulnérables qui pourraient vouloir se blesser et à savoir comment faire face aux répercussions d’un suicide.

Bombardier, l’entreprise qui fournit les équipages qui exploitent les trains de GO, a également commencé à constituer un réseau de soutien par les pairs grâce à une formation volontaire. La logique de cette initiative de soutien par les pairs est de pouvoir compter sur une équipe de pairs qui possèdent une connaissance intime de la rigueur des opérations de train, qui constituent une source fiable de soutien et qui sont souvent facilement accessibles lorsque le besoin se présente. Bombardier a eu une énorme réponse à un appel de volontaires et commencera la formation au début de la nouvelle année. Cette initiative est un complément aux comptes rendus obligatoires normalisés avec les conseillers professionnels.

Mais heureusement, toutes les tentatives de suicide ne se transforment pas en tragédie. Le personnel de GO réussit à intervenir pour prévenir 70 à 95 cas de décès potentiels chaque année, dont 70 % dans les gares, 15 % dans les autobus et 15 % le long des voies. Cependant, dans un monde meilleur, GO n’aurait pas à intervenir si souvent, et l’agence de transport en commun souhaitait en faire davantage pour aider les personnes à risque. En 2015, Greg Percy, chef de l’exploitation de Metrolinx, a déclaré ce qui suit au sujet de la santé mentale :

« Le 4 mai est la date à laquelle débute la semaine canadienne de sensibilisation à la santé mentale.  Bien que je ne sois pas spécialiste des troubles de santé mentale, je sais que ces problèmes ont un impact social très important et généralisé, ressenti par de nombreuses familles, directement et indirectement.  Au printemps dernier, j’ai été ému lorsque j'ai rencontré un écrivain pigiste de Burlington dont le fils, il y a plus de dix ans, dans un état de désespoir, a tragiquement décidé de mettre fin à ses jours en se précipitant devant un train de GO. »

Greg a tenté de trouver plusieurs groupes avec lesquels GO Transit pourrait former un partenariat et il a trouvé ConnexOntario, un organisme financé par le gouvernement provincial offrant un soutien gratuit et confidentiel aux personnes ayant des problèmes de consommation d’alcool et de drogues, de jeu ou de santé mentale. Metrolinx et Connex ont formé un partenariat et un panneau a été conçu en collaboration pour faire connaître la ligne d’assistance de Connex, qui constitue un moyen d’offrir un soutien visible aux personnes vulnérables des collectivités à l’échelle desquelles GO Transit mène ses activités. Au total, 800 panneaux ont été installés dans les zones où le nombre de décès est élevé et dans les zones à grande visibilité du réseau ferroviaire de GO.

Dans les trois mois qui ont suivi la mise en place de ces panneaux, le rapport suivant a été présenté par un conseiller de ConnexOntario :

« J'ai pris un appel d'une femme en détresse.  J'ai appris que ses trois enfants lui avaient été pris et placés chez ses parents... La mère a dit qu'elle ne savait pas quoi faire et que son plan consistait à prendre une poignée de somnifères et à s’allonger sur les voies de la gare de GO. Pendant qu’elle parlait au téléphone avec moi, j'ai été en mesure d'alerter la police régionale de Peel qui, à son tour, a communiqué avec GO pour arrêter les trains dans cette section et trouver la femme. Les policiers ont réussi à trouver cette mère égarée et la police locale l’a conduite à l’hôpital pour  une évaluation et un traitement. »

Metrolinx est maintenant en pourparlers avec VIA et CN pour élargir ce partenariat, en considérant que ce filet de sécurité contre les troubles de santé mentale pourrait s’étendre d’un océan à l’autre.  Greg Percy invite tous les services canadiens de transport collectif à former des partenariats semblables avec leurs fournisseurs locaux de services de santé mentale.

Selon Greg…

« Le partenariat avec Connex reconnaît que notre service ferroviaire GO joue un rôle important dans chacune des collectivités où nous menons nos activités.  Il s’agit de redonner à ces collectivités et de faire la bonne chose, tout simplement. »

 

Statistiques de GO Transit

GO Transit est une division de Metrolinx. GO transporte 70 millions de passagers chaque année, dont 80 % à bord de ses trains et 20 % à bord de ses autobus. Toutefois, les deux modes de transport forment un ensemble intégré. GO mène ses activités  sur un territoire de 11 000 kilomètres carrés, de Niagara Falls, à l’ouest, à Peterborough, à l’est, et de la gare Union, au sud, à Barrie, au nord.

Ajouter un commentaire