Blogue

NFI Parts : redémarrage de votre entreprise sur la bonne voie

NFI Parts™

NFI PartsMC a examiné son approche et son rôle en ce qui concerne l’amélioration de la sécurité du transport par autobus et par autocar. Après un examen approfondi des recommandations du Centre pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) ainsi que des conseils des intervenants de l’industrie, y compris l’Association canadienne du transport urbain (ACTU), nous sommes heureux de présenter notre approche visant à améliorer la sécurité de l’industrie du transport par autobus et par autocar. Nous avons élaboré quatre principes pour la sécurité des transports : l’éloignement, la désinfection, la qualité de l’air et l’équipement de protection individuelle (EPI).

Éloignement

Le virus de la COVID-19 se propage principalement à travers les particules en suspension dans l’air qui voyagent vers d’autres personnes et les infectent par des gouttelettes. Les éternuements et la toux entraînent la transmission de particules virales dans l’air. Les réseaux de transport collectifs et les exploitants privés ont pris des mesures pour protéger leurs conducteurs contre les gouttelettes qui peuvent contenir des particules virales. Dans la mesure du possible, les réseaux de transport collectifs ont commencé à installer des dispositifs d’embarquement à l’arrière pour réduire au minimum la proximité des conducteurs avec les centaines ou les milliers de passagers qu’ils transportent chaque jour.

Les barrières mises en place pour séparer les conducteurs des passagers sont devenues populaires au cours des dernières années, principalement pour des raisons de sécurité, mais aussi parce qu’elles sont devenues un outil essentiel pour promouvoir l’éloignement physique. Les décideurs des réseaux de transport collectif envisagent de nombreuses options, y compris l’installation de barrières haut de gamme principalement conçues pour prévenir les attaques contre les conducteurs. Au moment de choisir une barrière, il est important de tenir compte de la durée de vie utile, de l’épaisseur du matériau et des objectifs en matière de protection des conducteurs (barrière pour les protéger des gouttelettes seulement ou pour les protéger également des contacts physiques).

Le repère de distance bien connu de six pieds ou deux mètres, appelé « éloignement physique », est le principal moyen de prévenir la propagation du virus par gouttelettes. Les configurations types des autobus de transport collectif et des autocars n’ont pas été conçues en fonction de ces lignes directrices. Diverses méthodes peuvent être utilisées pour mettre des sièges « hors service » afin d’assurer l’éloignement physique.

Désinfection

L’intensification des efforts de nettoyage et de désinfection a été au cœur de l’industrie du transport. Partout, les protocoles quotidiens sont améliorés et appliqués plus fréquemment, et on en fait davantage pendant que les véhicules sont en service. Le CDC recommande trois méthodes de désinfection contre le virus SRAS-CoV-2, soit l’utilisation d’un désinfectant approuvé par l’EPA comme Sani-cide ou Environize, d’une solution d’eau de Javel diluée ou d’une solution contenant au moins 70 % d’alcool. Il n’est pas recommandé d’utiliser des désinfectants à base d’ammoniac et d’eau de Javel dans les autobus et les autocars, car ils peuvent endommager les surfaces intérieures. Les solutions en matière de désinfection peuvent être appliquées de différentes manières à l’intérieur, par exemple en se lavant les mains, en passant une vadrouille humide ou en utilisant des systèmes de pulvérisation à basse pression.

L’utilisation régulière de produits désinfectants approuvés par le CDC permettrait de réduire les bactéries sur la surface des véhicules et de créer un environnement plus sécuritaire pour les passagers. Il est important de choisir des méthodes qui sont sans danger pour votre personnel et pour les clients qui se trouvent à proximité.

Qualité de l’air

De nombreuses preuves indiquent que la voie aérienne constitue le principal mode de transmission du virus de la COVID-19. Les particules virales se transmettent d’une personne à l’autre par la toux, les éternuements, la parole et la respiration. Il faut déployer tous les efforts possibles pour réduire la propagation du virus par voie aérienne. L’air devrait également être assaini pendant qu’il circule dans le véhicule.

Dans le cadre d’un entretien régulier, il est recommandé de changer vos filtres à air tous les trois à six mois. Les filtres dont la valeur consignée d’efficacité minimale (MERV) est élevée, les filtres antimicrobiens et les changements de filtres fréquents devraient faire partie de toute stratégie en matière de qualité de l’air.

Les lampes UV représentent un moyen peu coûteux, sans produits chimiques et pratique d’assainir l’air qui circule dans les autobus. Elles fonctionnent en arrière-plan avec le système de CVCA lorsqu’il est en marche, ce qui réduit la présence de virus, de bactéries et de moisissure dans l’air lorsque le véhicule fonctionne.

Les trappes de ventilation installées sur le toit peuvent servir à faire pénétrer de l’air frais en continu dans le véhicule. Elles s’aménagent facilement dans la plupart des autobus de transport en commun et des autocars et constituent une méthode rapide et économique pour améliorer la qualité de l’air dans un véhicule.

EPI

Le désinfectant pour les mains et les masques offerts à bord peuvent aider les passagers à se sentir plus à l’aise. Bien que de plus en plus de gens soient équipés de ces articles, le fait d’offrir ces options aux personnes qui sortent et qui entrent dans un véhicule est une bonne façon de montrer que leur bien-être est pris en considération par les exploitants. Les distributeurs sans contact et les masques emballés individuellement limitent l’exposition au contact. La demande relative à ces articles a fortement augmenté dans tous les secteurs. Il est donc important de veiller à ce que tous les véhicules contiennent suffisamment de fournitures pour la journée.

Conclusion

Ces quatre principes visant à améliorer la sécurité de notre industrie sont essentiels au rétablissement de la confiance des consommateurs au moment où notre économie commence à redémarrer. Il n’existe pas de solution unique pour réduire la propagation de la COVID-19. Nous devons tous continuer à mettre en œuvre des stratégies qui fonctionnent de concert les unes avec les autres. L’organisme NFI PartsMC est fier du service offert par notre industrie. Nous savons que de nombreux autres organismes proposent également des produits de qualité, et nous vous encourageons à prendre la bonne décision pour votre entreprise, au moment où vous serez prêt.

Le guide complet du livre blanc de NFI Parts™ peut être consulté ici (en anglais seulement)

Ajouter un commentaire