Blogue

Rétablir la confiance dans le transport collectif

Hamish Campbell, directeur national, Via Canada

La COVID-19 a eu un effet préjudiciable et immédiat sur le transport collectif, en faisant chuter l’achalandage de 50 à 90 % dans de nombreuses villes. La plupart des organismes ont réagi en réduisant les services, tout en tentant de maintenir des niveaux raisonnables pour les travailleurs essentiels.

Alors que les villes commencent à assouplir les restrictions, la conversation se tourne vers l’avenir du transport collectif, à court et à long terme. Des résultats récents montrent que les gens, dans une très forte proportion, ne se sentent pas à l’aise de retourner au bureau et se méfient des déplacements dans le transport collectif. Pendant ce temps, le Center for Disease Control and Prevention (CDC) des É.­U. a récemment recommandé aux gens de conduire seuls et d’éviter les options de mobilité partagée.

L’industrie canadienne du transport collectif a travaillé sans relâche pour améliorer le service et augmenter l’achalandage, mais nous sommes peut-être confrontés à une nouvelle réalité : l’achalandage dans le transport collectif, et particulièrement en période de pointe, pourrait demeurer beaucoup plus faible pendant une longue période. Mis à part les préoccupations en matière de santé et la possibilité d’une deuxième vague, des entreprises canadiennes comme Shopify ont déclaré que le travail à domicile sera désormais la norme plutôt que l’exception. Le National Post et le Globe and Mail ont récemment fait des manchettes de première page déclarant « Le travail au bureau, c’est terminé » et « L’année où le travail au bureau a disparu ». Il se peut qu’un changement de paradigme s’impose à nous en ce qui concerne la prestation des services de transport collectif.

Notre défi en tant qu’industrie consiste à savoir comment réagir et s’adapter à la nouvelle normalité de l’achalandage plus faible et des coûts d’exploitation plus élevés, tout en rétablissant collectivement la confiance dans le transport collectif.

À Via, nous croyons que la mise à profit de la technologie pour assurer l’optimisation en temps réel et la gestion proactive de la capacité sera essentielle à notre réussite future et que chaque ville, grande ou petite, devrait examiner deux solutions immédiates :

  1. Convertir les circuits fixes et les déserts de transport collectif sous-performants en zones de transport « sur demande » : La technologie de transport collectif sur demande, ou adapté à la demande, peut créer des économies opérationnelles et de coûts, offrir aux clients un service plus personnalisé et agrandir la zone de service.
  2. Automatiser la gestion de la capacité sur les circuits interurbains ou plus populaires : La mise en œuvre de la technologie de « réservation à l’avance » sur des circuits fixes peut prévenir le surpeuplement, atténuer l’« érosion » de la confiance du public et offrir aux clients un système de réservation convivial, pour créer une version plus personnalisée du transport collectif traditionnel.

Comme il n’y a pas deux villes identiques, ces solutions peuvent varier en fonction de la ville dans laquelle vous vous trouvez. Voici quelques exemples concrets de la façon dont quelques organismes novateurs mettent à profit la technologie pour optimiser et améliorer la prestation des services.

Remplacement d’un réseau de circuits fixes complet par un réseau sur demande

La conversion d’un réseau de transport collectif complet en réseau sur demande est une option. C’est la solution que Sault Ste. Marie applique depuis neuf mois. Tous les dimanches soirs dans « le Soo », le réseau de transport collectif complet est transformé en réseau sur demande grâce à l’actuel parc d’autobus de 40 pieds et aux conducteurs syndiqués de la ville. Chaque autobus est affecté de façon dynamique, en fonction de la demande des passagers communiquée en temps réel. Les temps d’attente des usagers sont passés d’un écart de 60 minutes à seulement 13 minutes, en moyenne, et les clients peuvent suivre leur trajet en temps réel. Entre-temps, la ville a pu réduire le nombre d’autobus nécessaires, ce qui a permis de réaliser des économies.

Jumelage de circuits fixes et de circuits sur demande

Le service sur demande peut renforcer un réseau de circuits fixes de différentes façons. L’exploitation de circuits fixes dans une zone de demande est une option, mais une autre option consiste à maintenir un réseau de circuits fixes de base et de combler les lacunes du réseau ou des déserts de transport collectif par un service sur demande. Les deux options sont importantes lorsqu’il est logique de conserver les lignes à circuit fixe sur lesquelles l’achalandage est plus élevé. Cet été, une autre collectivité de l’Ontario lancera un service sur demande avec Via, dans lequel un des huit circuits de la ville demeurera fixe, tandis que le reste du réseau deviendra un service sur demande. Comme c’est sur le circuit en question que sont transportés 33 % des usagers totaux de la ville et que le circuit relie les principaux générateurs de déplacement, il est donc logique de le maintenir fixe. La technologie de Via est suffisamment perfectionnée pour gérer ce scénario, si on sait quand et comment diriger les usagers vers le service à circuit fixe prévu s’il s’agit de leur meilleure option ou leur offrir un circuit sur demande si cela est plus logique – tant du point de vue de l’expérience des usagers que de celui de l’efficacité du système, selon l’origine et la destination.

Offre de réservations sur les circuits fixes

Au-delà de la demande, à mesure que les restrictions s’assouplissent et que l’achalandage commence à augmenter, les organismes permettent le surpeuplement ou sont exploités en mode « porte fermée » en raison des exigences de distanciation physique. Certains ajoutent plus de services et d’autobus « fantômes » lorsqu’ils le peuvent. Cela fonctionne dans une certaine mesure, mais il peut y avoir un décalage dans la réponse, ce qui donne lieu à des temps d’attente supplémentaires et à un manque de prévisibilité pour les usagers. Les clients et les conducteurs doivent avoir l’assurance qu’ils peuvent se déplacer en toute sécurité.

Via discute avec plusieurs organismes afin de présenter une solution dans laquelle les passagers devront réserver un déplacement sur des lignes à circuit fixe. Les avantages de la « numérisation » des circuits fixes comprennent l’offre d’une visibilité en temps réel aux usagers, l’augmentation de la confiance des consommateurs, l’atténuation de la nécessité, pour les conducteurs, de faire respecter les contraintes de capacité, et l’obtention de données et d’idées en temps réel pour mieux arrimer la capacité à l’offre quotidienne de véhicules, ce qui améliore la rentabilité.

L’avenir

Personne ne peut prédire l’avenir, mais nous devons commencer à réfléchir à ce que signifie la « nouvelle normalité » pour nos modèles de prestation de services. Il est possible que l’achalandage demeure plus faible pendant des années, et les clients se demandent si leur déplacement sera sécuritaire et exempt du risque de surpeuplement. Les conducteurs sont préoccupés par leur santé et doivent composer avec une nouvelle responsabilité – la gestion de la capacité. Entre­temps, les organismes constatent les crises budgétaires et cherchent des moyens d’optimiser les ressources restantes.

Il est temps de reconstruire nos réseaux de transport collectif d’une façon qui tient compte de notre nouvelle réalité ; l’adoption de la technologie est un élément clé de la solution.


Hamish Campbell est directeur national à Via, principal partenaire mondial dans la redéfinition de la mobilité publique. Pour en apprendre davantage sur la façon dont Via peut aider votre équipe, demandez une démonstration ou envoyez un courriel à Hamish@ridewithvia.com.

Ajouter un commentaire