Blogue

Transport de masse, transport microcollectif, ou les deux ? Voici pourquoi la reprise des réseaux de transport collectif repose sur cette question

Kristoffer Vik Hansen, PDG de Spare

La pandémie de COVID-19 a radicalement modifié les modèles de mobilité dans le monde. Dans certaines grandes villes canadiennes, comme Vancouver, Toronto et Winnipeg, l’achalandage dans le transport collectif a diminué jusqu’à 90 % depuis l’entrée en vigueur des arrêtés de confinement en mars. Pour réagir à cela et pour permettre de maintenir leur rendement, les réseaux de transport collectif ont réduit considérablement le service et le personnel.

Aujourd’hui pourtant, le transport collectif est plus important que jamais. Selon les données du recensement américain, 30 % des usagers réguliers du transport collectif sont des travailleurs essentiels. À mesure que les isolements cessent et que les économies commencent à rouvrir, les autorités doivent trouver un moyen de présenter des solutions rentables qui répondent aux besoins des usagers et aux exigences en matière de distanciation physique.

Traditionnellement, le transport public repose sur l’idée d’une mobilité de masse (c.-à-d. transporter le plus grand nombre de personnes possible dans un seul autobus ou un seul train). Toutefois, ce modèle ne tient pas compte de notre nouvelle réalité collective. Alors, si on ne peut pas faire de transport de masse, que peut-on faire ? À titre de fournisseur de logiciels de transport collectif sur demande, Spare aide les organismes du monde entier à répondre à cette question. En offrant aux organismes de transport collectif des outils de planification axés sur les données et des solutions regroupées de transport microcollectif, on peut leur permettre de se recentrer sur le transport sécuritaire des usagers tout en protégeant leurs activités.

Itération, intervention et mise en œuvre : là où la prise de bonnes décisions s’effectue

Si les réseaux de transport collectif prennent des décisions en vase clos sans tenir compte de tous les facteurs, les conséquences pourraient nuire à leur santé financière et au service dans son ensemble. Au cours des prochaines semaines, nous présenterons Spare Realize Essentials — une ressource gratuite pour aider les réseaux de transport collectif à concevoir une feuille de route de reprise après l’épisode de COVID-19. En tirant parti de l’information sur le déclin actuel de l’achalandage et la fréquence de passage des autobus à circuit fixe, les planificateurs peuvent déterminer rapidement s’il faut maintenir les circuits qui étaient en place avant la crise, réduire l’offre et l’effectif ou remplacer le service par un service de transport microcollectif sur demande. Spare Realize Essentials estime également les économies potentielles découlant de ces différents choix, ce qui donne aux autorités des renseignements précieux qui peuvent les aider à orienter leur parcours vers la reprise financière.

La gamme des éléments essentiels des planificateurs du transport collectif de Spare sera accessible en ligne, et fait partie de notre outil de simulation très personnalisable appelé Spare Realize. Grâce à Spare Realize, nous pouvons évaluer et recommander divers modèles opérationnels en fonction des besoins uniques d’un réseau de transport collectif. Au Québec, par exemple, Spare Realize est mis à profit pour aider le fournisseur de services de transport collectif d’une grande région métropolitaine à simuler des scénarios dans six zones de son secteur de service, ce qui comprend des solutions permettant de relever le défi du premier/dernier kilomètre, des options de service à faible densité et la création de carrefours de déplacement centraux.

En période d’incertitude, le transport microcollectif peut avoir un impact égal à celui du transport de masse

Face à la COVID-19, les organismes canadiens de transport collectif subissent les mêmes pressions que leurs homologues mondiaux. La façon dont ils choisissent de réagir à ces pressions aujourd’hui peut avoir un effet considérable sur leur avenir. En Espagne, Empresa Municipal de Transportes (EMT) de Palma de Mallorca s’est servi de l’épidémie de COVID-19 pour innover, en établissant trois nouvelles zones connectées de service sur demande au plus fort de la crise. Spare a offert son aide pour déterminer quelles lignes d’autobus à circuit fixe étaient devenues un fardeau financier, en les remplaçant par des lignes de transport microcollectif sur demande. En 48 heures, l’organisme a pu élargir le service de transport collectif au-delà des niveaux établis avant l’éclosion de COVID en utilisant l’outil Spare Fleets pour diriger ses propres véhicules et conducteurs, ainsi que des taxis privés, selon le scénario.

Préparer la voie de l’avenir en créant des configurations de service de pointe

L’exploitant de services de transport StarTran de Lincoln, au Nebraska, a adopté une approche différente pour élaborer son plan de transport en temps de crise et a obtenu des résultats tout aussi importants. Avant la pandémie, StarTran cherchait des moyens d’améliorer la qualité de son offre de transport adapté, qui reposait sur un processus manuel de réservation et d’ordonnancement. Du même coup, son réseau de transport collectif à circuits fixes nécessitait également une attention particulière. La demande variable attribuable à l’éclosion de COVID-19 a poussé StarTran à passer à l’action. En quelques jours, l’exploitant a lancé une nouvelle solution de transport collectif sur demande qui combine le transport adapté et le transport microcollectif, à l’aide de la technologie de Spare. Cette configuration permet à l’exploitant d’automatiser la composante de transport adapté et de donner à chaque utilisateur du transport collectif un accès à un système en temps réel, tout en réduisant la redondance sur les circuits fixes. Pour ce faire, l’exploitant a eu recours au jumelage, une autre approche novatrice de Spare qui combine différents groupes d’usagers tout en partageant les mêmes conducteurs et véhicules pour tous ses utilisateurs. Pour StarTran, cette adaptation du transport collectif a eu une incidence positive sur la collectivité et a aidé l’organisme à réduire ses coûts de fonctionnement de 33 % et ses coûts d’ordonnancement et de répartition de 25 %.

Dans un webinaire récent, nous avons expliqué comment la COVID-19 donne aux organismes de transport collectif l’occasion de remanier les réseaux à partir de la base, à mesure que de nouvelles tendances de déplacement se dessinent. Pour faire face à cette « tempête », les exploitants canadiens du transport collectif devront modifier leur façon de voir le transport, en s’appuyant fortement sur les données pour les aider à prendre les bonnes décisions, pour leurs clients et leurs entreprises. La capacité et la souplesse de combiner les réseaux sur demande et les réseaux à circuits fixes sont essentielles à l’avenir du transport collectif, car elles offrent aux gens un accès équitable à la mobilité. La technologie de Spare a été conçue avec la souplesse intrinsèque qui permet d’y arriver, ce qui contribue, en définitive, à améliorer le transport public et la façon dont une collectivité entière se déplace.

------

Au sujet de Spare

Réputée digne de confiance sur quatre continents, pour le moment, Spare permet aux villes et aux exploitants de services de transport de planifier, de lancer, d’exploiter et d’analyser des réseaux de transport collectif intégrés sur demande et à circuits fixes. Certaines des plus grandes villes du monde appliquent la technologie de Spare comme élément essentiel de leur infrastructure de transport. Pour en apprendre davantage sur Spare, visitez https://sparelabs.com/en/ ou communiquez avec nous sur LinkedIn.

Ajouter un commentaire