Nouvelles et médias

Les réseaux de transport collectif demandent aux gouvernements de prolonger leur soutien opérationnel

L’Association canadienne du transport urbain demande au premier ministre et aux premiers ministres provinciaux de fournir un soutien financier afin que les réseaux de transport collectifs puissent continuer à poursuivre leurs activités de façon sécuritaire et pratique pendant la pandémie.

Au cours de l’été, Ottawa et les provinces ont fourni 4,6 milliards de dollars en soutien opérationnel sans précédent grâce à l’accord sur la relance sécuritaire. Mais dans la plupart des provinces, le financement expire à la fin de mars.

Plus de 2,5 millions de personnes empruntent le transport en commun chaque jour. À moins que le financement ne soit prolongé, ils subiront des attentes plus longues et les véhicules qui resteront en service seront plus bondés.

« Les gouvernements ont reconnu le rôle essentiel du transport collectif dans la vie quotidienne en l’incluant dans l’accord sur la relance sécuritaire. Les réseaux de transport collectif et leurs usagers en sont reconnaissants, mais le besoin ne disparaît pas », a déclaré Marco D’Angelo, président de l’ACTU. « Bon nombre des millions de personnes qui empruntent quotidiennement le transport collectif n’ont pas d’autres options de mobilité. Si le service est réduit suite à la fin du financement, les personnes qui vivent trop loin du travail ou de l’école pour marcher ou prendre le vélo, mais dont le revenu est trop faible pour se déplacer en voiture, subiront de longues attentes et des véhicules encombrés. Les gouvernements ne peuvent pas laisser cela se produire, mais le temps presse. »

Outre les travailleurs et les étudiants, M. D’Angelo a noté que le transport collectif est souvent aussi la seule option de mobilité pour de nombreux aînés et personnes handicapées.

Depuis le creux du confinement au début du printemps, l’achalandage du transport collectif a rebondi à environ 42 % des niveaux d’avant Covid. Grâce au soutien des gouvernements, les niveaux de service se maintiennent à environ 87 % de la normale. Avant que la pandémie ne frappe, 52 % des coûts de fonctionnement des réseaux de transport collectif étaient couverts par les revenus tirés de la boîte de perception.

Pour obtenir de plus amples renseignements :

McCartney Lee

Coordonnateur, Communications et relations publiques

lee@cutaactu.ca