Nouvelles et médias

Transport en commun : aide immédiate du gouvernement fédéral demandée

En raison de la chute de l’achalandage et de la flambée des coûts de nettoyage pour protéger les usagers et les employés, le secteur du transport en commun réclame une aide fédérale immédiate.

L’Association canadienne du transport urbain (ACTU) demande donc 400 millions de dollars par mois pour maintenir les services alors que les revenus provenant de la perception des tarifs et d’autres sources enregistrent une baisse pouvant atteindre 100 %. D’ailleurs, pour respecter les règles de distanciation physique entre le personnel et les usagers, de nombreux réseaux renoncent complètement à la perception des tarifs.

« La capacité des réseaux de transport en commun de fournir un service essentiel se détériore rapidement, a déclaré Marco D’Angelo, PDG de l’ACTU. Nous demandons l’aide immédiate du gouvernement fédéral pour assurer le transport des travailleurs essentiels et aider les gens à vaquer à leurs occupations de première nécessité au quotidien. »

La compensation pour perte de revenus est l’une des trois demandes liées à la COVID-19 présentées par l’ACTU au gouvernement.

L’ACTU demande aussi la création d’un fonds pour aider les réseaux à préserver leurs liquidités avant le versement de cette compensation. Elle estime que jusqu’à 40 % des réseaux pourraient nécessiter un financement provisoire au cours des prochains mois. Elle a bon espoir que l’injection de 1,2 milliard de dollars permettra aux réseaux de continuer à offrir un service d’autobus et de trains.

L’ACTU est également de plus en plus préoccupée par la disponibilité des désinfectants et de l’équipement de protection pour les employés. Lors de consultations menées auprès de ses membres, plus de 70 % d’entre eux ont déclaré avoir de la difficulté à s’approvisionner en produits de nettoyage et en équipement de protection. L’ACTU demande donc à ce que le transport en commun soit ajouté à la liste prioritaire des secteurs qui reçoivent ces produits au cas où leur approvisionnement serait limité dans une situation d’urgence. Elle demande également une aide fédérale pour couvrir ces coûts.

L’ACTU a entamé des discussions avec le gouvernement fédéral quant à l’incidence de la pandémie sur le transport en commun depuis le début de celle-ci. Une demande officielle a été présentée lundi. En 2018, les revenus nationaux provenant de la perception des tarifs s’élevaient à environ 4,3 milliards de dollars, à l’exclusion des autres revenus durement touchés par la pandémie, comme la publicité et le stationnement.

 

Pour de plus amples renseignements

 

Chad Jeudy-Hugo

Directeur, Affaires publiques et communications stratégiques

jeudy-hugo@cutaactu.ca

416 365-9800, poste 614