Nouvelles

Lettre ouverte du transport collectif aux chefs pour leur presser de protèges les services de transport collectif


septembre 9, 2021 11:30 . Publié par

L’Association canadienne du transport urbain envoie une lettre aux chefs des parties politique reconnue par la  Chambre des Communes pour presser qu’ils protègent les services des transports collectifs.

Bien que les partis politiques soient favorables à la construction de nouvelles lignes des transports collectifs, leurs  plateformes ne parlent pas de la nécessité d’une prise en charge étendue des opérations. L’année passe, le gouvernement fédéral a maintenu le transport collectif  en fournissant 4,6 milliards de dollars dans le cadre de l’Accord sur la relance sécuritaire, mais ces fonds expirent.

Cette Lettre peut être lue ici :

Madame, Monsieur,

Je me fais le porte-parole des réseaux de transport collectif et de leurs usagers pour vous exprimer ma grande déception quant à l’absence de soutien opérationnel pour le transport collectif dans vos plateformes.

Toutes les plateformes soulignent l’importance de développer le transport collectif. Certaines promettent l’électrification des autobus  pour maximiser leur contribution à la lutte au changement climatique. En temps normal, ces promesses seraient non seulement les bienvenues, mais aussi saluées puisqu’elles représenteraient un pas dans la bonne direction. Hélas, la situation est hautement anormale.

Avant la pandémie, plus de la moitié des coûts d’exploitation des réseaux de transport collectif étaient couverts par la boîte de perception, l’achalandage avait connu une hausse de 20 % entre 2009 et 2019, et la priorité des réseaux était d’attirer de nouveaux usagers en investissant de façon fiable et prévisible dans la construction de nouvelles lignes.

La pandémie a cependant bouleversé les finances et les priorités des réseaux de transport collectif. En effet, l’achalandage est maintenant 50 % inférieur à ce qu’il était avant la pandémie, et chaque baisse de 10 % se traduit par des pertes de revenus annuels de 470 M$ pour les réseaux. L’an dernier, l’Accord sur la relance sécuritaire a largement compensé l’effet pandémique, ce qui a permis aux réseaux de poursuivre leurs activités. À l’heure actuelle, plus de deux millions de Canadiens utilisent le transport en commun tous les jours.

Toutefois, à moins que cette aide financière ne se prolonge, des réductions de services sont inévitables. Les personnes les plus durement touchées seront les travailleurs et les étudiants qui vivent trop loin du travail ou de l’école pour y aller à pied ou à vélo, mais dont le budget ne permet pas l’achat d’un véhicule. En plus de compliquer le quotidien de nombreuses personnes âgées et handicapées, ces réductions aggraveront le problème de congestion urbaine. De plus, il sera difficile d’atteindre les objectifs climatiques.

Aux États-Unis, le gouvernement fédéral reconnaît que la baisse d’achalandage attribuable à la pandémie s’échelonnera sur plusieurs années, ce qui l’a incité à prolonger jusqu’en 2024 sa deuxième ronde de soutien au transport collectif. Nous croyons que le Canada devrait faire de même.

L’expansion du transport collectif doit demeurer une priorité, mais il est insensé de construire de nouvelles infrastructures et de sabrer les services existants. Il est tout aussi absurde d’aider les réseaux à acquérir des autobus électriques qu’ils n’ont pas les moyens d’opérer. Personne n’aurait l’idée de bâtir une maison sans avoir les moyens de l’éclairer et de la chauffer.

Les réseaux de transport collectif  sont reconnaissants de votre soutien envers les dépenses en immobilisations. Toutefois, pour tirer le maximum de ces dépenses, d’autres mesures d’aide s’imposent. Les gouvernements de toutes allégeances ont appuyé l’inclusion du transport collectif dans l’Accord sur la relance sécuritaire en raison du rôle essentiel que celui-ci joue dans la vie quotidienne de millions de personnes. Malheureusement, les raisons pour lesquelles nous avons reçu un soutien opérationnel sans précédent l’an dernier sont inchangées. Donc, nous vous demandons de bonifier avant l’élection les ambitieux plans d’expansion du transport en commun annoncés en promettant un soutien opérationnel supplémentaire.

Nous sommes impatients de travailler à l’amélioration du transport collectif avec le gouvernement élu pour favoriser avant tout la croissance de ce type de transport, mais aussi pour soutenir les réseaux existants qui desservent des millions de Canadiens jour après jour.

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués.

Marco D’Angelo

Président-directeur général de l’ACTU

– 30 –

Une version PDF de la lettre peut être lue ici.

Pour obtenir de plus amples renseignements :

McCartney Lee

Spécialiste, Communications et relations publiques

lee@cutaactu.ca

(416) 365-9800 poste 127